• +33 6 08 03 16 80

Filtres biocides pour Centrales de Traitement d’Air

Filtres biocides pour Centrales de Traitement d’Air (CTA) et ventilo-convecteurs terminaux et muraux

Téléchargez la fiche technique

Le média HYGIAFELT®-Cu s’adapte sur les filtres habituels plats ou plissés des CTA par simple remplacement. C’est une solution de sécurisation sanitaire collective qui s’installe sans surcoût sur des équipements de CVC ou de CTA. Ce média filtrant réduit le transfert de contamination durant les opérations de maintenance.

CONCEPTION : Cadre acier galvanisé profilé en U, grillage en sortie d’air, média HYGIAFELT®-Cu

APPLICATIONS : Armoires climatisation, climatiseurs, centrales de traitement d’air

CARACTERISTIQUE : Débit conseillé 3300 m3/h pour 90 Pa initial pour un filtre de dimensions 592*592*48 mm

Courbe de Perte de Charge Initiale en Pa en fonction du débit d’air en m3/h

PRODUCTEUR :


HYGIAFELT® en 10 points

Téléchargez le document

1 – HYGIAFELT® est une solution de sécurisation sanitaire collective qui s’installe sans surcoût sur des équipements de CVC ou de CTA. Ce média filtrant réduit le transfert de contamination durant les opérations de maintenance.

2 – HYGIAFELT® est une réponse à la transmission par aérosol longue portée du COVID.

Par ordre d’importance dans l’efficacité de la contamination :

– la transmission directe par contact est réduite par la distance physique, la transmission par aérosol courte portée (postillons) est réduite par le port du masque.

– la transmission par aérosol longue portée par des microgouttelettes est plus difficile à combattre et restera le mode de transmission résiduel mais persistant. Ces microgouttelettes émises par la bouche passent majoritairement par les « fuites au visage » des masques (défaut d’étanchéité) et peuvent persister dans l’air pendant de longues périodes (minutes, heures et même jours).

3 – HYGIAFELT® fait partie, parallèlement à l’arrivée des vaccins et l’abandon progressif des masques, de l’arsenal des solutions à mettre en place dans le secteur du bâtiment. Les systèmes de ventilation des IGH ou open-space qui ont pu être montrés du doigt doivent devenir sources de solution de sécurisation sanitaire des occupants. Les ventilo-convecteurs des pièces de bureau au bout de l’arborescence des systèmes de ventilation-climatisation peuvent être équipés facilement. Des documents émanant des métiers du CVC – HVAC étayent le rôle particulier que peuvent jouer les installations de ventilation et proposent des préconisations concernant la transmission par aérosol du COVID : Avis du HCSP du 23 juillet 2020 ; Document guide REHVA 3 avril 2020 ; ASHRAE position document 14 avril 2020.

4 – HYGIAFELT® répond au principe de précaution en offrant une protection biologique large spectre.

Le vaccin protège du COVID mais pas de tous les pathogènes à venir. Par exemple, la grippe aviaire si elle devient transmissible à l’homme risque de créer une nouvelle pandémie.

5 – HYGIAFELT® qui contient du cuivre possède une action biocide sur les virus et les bactéries. Une littérature scientifique abondante est disponible sur demande.

6 – HYGIAFELT®, avec 99.9999 % d’efficacité sur la bactérie E. Coli est beaucoup plus performant que les autres textiles biocides efficaces à 99 % ou 99.9 %. L’efficacité antivirale d’HYGIAFELT® a été validée sur Coronavirus humain souche 229E (HCoV-229E) par les tests ISO 18184 (détermination de l’activité virucide de produits textiles). L’efficacité antimicrobienne a été démontrée par la méthode AATCC 100 (tests textiles antimicrobiens) sur Staphylococus aureus et Klebsiella pneumoniae.

7 – HYGIAFELT® ne produit aucun composé secondaire en fixant et détruisant sur ses fibres les virus et bactéries. C’est un élément différenciant fort par rapport aux procédés à l’ozone ou photocatalytique utilisant des sources de lumière UV. En produisant des composés secondaires, ces derniers procédés deviennent controversés. La région Auvergne-Rhône-Alpes, avec son plan sur le traitement de l’air d’établissements scolaires a engagé un budget de 10 M€ sur des installations majoritairement ozone et photocatalytique pour finalement reculer sur ces procédés en décembre 2020.

https://www.inrs.fr/header/presse/cp-dispositifs-anti-covid.html

COVID 19 – LE POINT SUR LA DÉSINFECTION DES SURFACES PAR L’OZONE (mise à jour du 16/09/2020)

8 – HYGIAFELT® a démontré son innocuité par 50 immersions successives dans l’eau bouillante ne conduisant à aucune perte de cuivre. La manipulation d’HYGIAFELT® est sans risque. Sur les plus de 14 000 masques vendus ou distribués gratuitement, il n’y a eu aucun retour d’allergie.

9 – HYGIAFELT® permet de traiter les aspects liés aux risques biologiques du traitement de l’air. Le traitement seul des particules fines et des COV ne sera plus suffisant après cette pandémie.

10 – HYGIAFELT® peut entrer à échéance dans les prescriptions de construction des bâtiments neufs et de la rénovation. Les coûts inhérents ne seront pas nécessairement à imputer dans la structure de coût d’un bâtiment au CVC mais peut-être aux coûts d’assurance de ces bâtiments.

Références :

« Selon Antoine Flahault, directeur de l’Institut de santé globale de l’Université de Genève, «au moins 70% des contaminations se font par les aérosols». « On distingue la transmission par les gouttelettes de grosse taille, qui retombent facilement au sol (d’où la recommandation de distance de sécurité d’un mètre) et par la projection d’aérosols de très petite taille (moins de 10 micromètres), émis en parlant ou en respirant et qui se mélangent à l’air ambiant. Ces gouttelettes fines peuvent rester dans l’air pendant de nombreuses minutes voir des heures, d’où l’idée de se protéger par un masque très filtrant (les masques en tissu artisanaux risquent de ne pas stopper les plus petites particules) et surtout d’aérer régulièrement les lieux clos. https://www.futura-sciences.com/sante/questions-reponses/coronavirus-coronavirus-transmet-il-plus-air-surfaces-contaminees-15085/

« La pollution de l’air ambiant est l’une des principales causes de mort prématurée au monde» , https://www.ic.gc.ca/eic/site/063.nsf/fra/97680.html

« Étant donné que l’impact de la pollution de l’air sur la santé publique dans son ensemble est beaucoup plus important que prévu et est un phénomène mondial, nous pensons que nos résultats montrent qu’il existe une “pandémie de pollution de l’air », déclare Thomas Münzel, chercheur, dans un communiqué de l’Association européenne de cardiologie, https://archipeldessciences.wordpress.com/2020/03/09/la-pollution-de-lair-est-le-fleau-qui-reduit-le-plus-lesperance-de-vie-dans-le-monde/

« D’après les estimations de différentes organisations officielles (OMS, ONU…), la pollution de l’air serait le premier facteur déclencheur de décès chaque année»,  https://dailygeekshow.com/causes-mortalite-monde/

« La pollution de l’air est le fléau qui réduit le plus l’espérance de vie dans le monde,» https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/vie-pollution-air-fleau-reduit-plus-esperance-vie-monde-63256/

« Voie aérienne par les aérosols : la transmission se fait par des microgouttelettes de taille nanométrique ou micrométrique flottant dans l’air, d’où le nom d’aérosol. Nous émettons ces aérosols lorsque nous parlons et respirons, bref en permanence ! Ils peuvent transporter les charges virales de personnes infectées pendant plusieurs heures et à plusieurs mètres, selon l’environnement, l’humidité ambiante, la température, le brassage de l’air, etc. Cette voie de transmission est désormais reconnue comme une voie majeure de transmission pour certains virus, tels que les coronavirus. » https://www.teqoya.fr/propagation-virus-air-duree/

« Comme pour les autres virus, la COVID-19 peut se transmettre par toutes ces voies, mais en particulier par les aérosols et la voie aérienne comme l’ont montré des mesures effectuées dans un hôpital de la ville de Wuhan en Chine. Ces mesures ont été publiées dans un article de la prestigieuse revue scientifique Nature dès avril 2020. Une étude publiée dans Science2 indique que la COVID-19 peut rester pendant plusieurs heures en suspension dans l’air. En juin 2020, plus de 200 chercheurs de plus de 30 pays se sont unis pour alerter sur l’importance de la transmission de la COVID-19 par les aérosols. » https://academic.oup.com/cid/article/71/9/2311/5867798

« Quelle est la durée de vie du coronavirus à l’air libre ? Le virus pourrait donc se transmettre par contact (direct ou indirect), postillons (éternuements, toux), mais également, par aérosol dans une transmission à plus longue distance (transmission aéroportée). Une étude menée par le National Institutes of Health (établissement d’enseignement à Boston) indique que la COVID-19 peut rester pendant 3 heures en suspension dans l’air. La durée de vie du virus sur du plastique et d’autres surfaces serait, elle, de trois jours maximum. »  https://www.nih.gov/news-events/news-releases/new-coronavirus-stable-hours-surfaces

 

*Les documents techniques et scientifiques démontrant le caractère biocide du matériau sont disponibles sur demande.

Tel : +33 (0)6 08 03 16 80

Top
We use cookies in order to give you the best possible experience on our website. By continuing to use this site, you agree to our use of cookies.
Accept
Reject
Privacy Policy